Alors, c'est un forum rpg, mais sur un campus, et dans l'espace. Et y'a du hentai. Voila.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chocolat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Chocolat   Mar 28 Jan - 21:29

-Soundtrack 1

Dix-huit heures et demi, le soleil se couche sur la colonie. Un odeur de nouilles flotte dans l'air alors que les gentils enfants rentre chez eux. Partout autours de Jun, l'animation diminue petit à petit et les rues défilent. Une ambiance douce et chaleureuse, comme celle de l'école une fois les classes vides et les clubs ouverts.
Le regard du garçon se baladait d'uniforme en uniforme, s'arrêtant sur les gamins qui jouaient avec leurs superballs et les gamines qui s'attroupaient autours d'un chat. Jun était adulé parmi les primaires du quartier, et il se demandait si cette fois encore il allait passer sa soirée à jouer avec eux. Il salua d'un sourire le groupe de lycéennes qui le suivait discrètement et elle s'évaporèrent en un instant.

Soudain un point bleu apparut dans le champ de vision de Jun alors qu'il se retournait. Le point fusa et rebondit à une vitesse folle sur le bitume pour foncer en direction du lycéen. Il ne lui fallu qu'un instant pour identifier la chose et d'un mouvement habile, il réceptionna l'objet sans problème, prenant une pause stylisé de lanceur de base-ball.

"Catch ball!!!"

S'écria-t-il énergiquement.

"124 mètres, peu mieux faire, baby."

Annonça d'une voix monocorde la super-ball que Jun rendit au gamin qui courrait l'instant d'avant après son jouet.

"Nuuuuuuuuuuul!!!!!!!!!!!!!!!! Tu fais n'imp' Amuro!"

Cria un autre gamin qui rejoint le premier.

"Tais-toi! ... C'est les nano-machines de l'air qu'ont dévié ma balle d'abord!!"

"Ca existe pas! t'es juste nul!"

Un petit cri détourna l'attention de Jun à ce moment. Il semblait que le chat que les filles caressaient était en train de se faire la malle. Jun aperçu la bête un bref instant avant qu'elle ne disparaisse derrière un mur. Leurs regards se croisèrent et une fois le contact visuel perdu Jun s'arrêta net, les yeux grand ouverts.
Ce chat... Il correspondait parfaitement à la description du chat du directeur.

"Wooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

Hurla Jun en se lançant à la poursuite du chat tel une furie, lassant derrière les enfants qui sursautèrent.
Ce chat valait des ticket-repas, beaucoup de ticket-repas. Rien que le club de recherche du directeur du collège proposait 7800 ticket-repas pour le chat vivant(chiffres hasardeux).
Pour un gentleman du crime tel que Jun, les ticket-repas n'étaient pas la seule chose qu'il y avait à gagner avec ce chat...

A peine dix-neuf heures. Jun avait définitivement perdu la trace du chat. Exténué, il rageait intérieurement, mais toujours avec le sourire. Quoi qu'il en soit, il avait faim, il se dépêcha de rentrer chez lui.

Le foyer était aussi animé que d'habitude. C'était un établissement qui acceptait primaires, collégiens et lycéens, dont la partie primaire était mixte et le réfectoire généralement partagé avec un autre foyer voisin féminin. Pour dire, il y avait même un coin crèche.
Jun traversa l'entrée aux murs placardés d'étagères remplies de chaussures comme une cave à vin et continua son chemin pieds nus, quelqu'un ayant visiblement pris ses chaussons.

"Salut."

"Yo!"

Lui répondit-on à la volée. Il jeta un oeil à sa gauche, dans le réfectoire, qui était légèrement moins animé que d'habitude, puis son regard fut soudainement attiré par une petite tête bien coiffée qui traversa le couloir à quelques mètres de lui en trottinant.

"Aaah! Mai! C'est pas bien, il faut pas sortir de la crèche comme ça! Où est Asada?"

"Jun! Bonzour è.é"

Répondit la petite fille d'un air très sérieux en s'inclinant profondément.

"Bonsoir..."

Répondit-il en s'accroupissant face à elle. Il jeta un oeil à sa droite, en direction du coin crèche, et son regard croisa celui d'un lycéen à travers le mur vitré. Il pris la petite fille par la main tandis que l'autre lycéen s'avançait avec précipitation vers la porte vitrée grande ouverte.

"Ca va pas Asada!
-Désolé! Teru et sa bande on ouvert la porte alors que je m'occupais des autres... Ray n'est pas là aujourd'hui alors je suis tout seul..."

Asada, Hiromi de son prénom, était un lycéen du même, deuxième année aussi, qui s'occupait à temps partiel du coin crèche, avec Ray, universitaire qui travaillait ici aussi. Teru était un garçon de primaire qui finissait par toujours mettre le boxon d'une manière ou d'une autre.
Jun avait une vie familiale tourmentée.

"Ah, Saito voulait te parler, apparemment."

Après avoir salué les enfants, Jun monta à l'étage pour se diriger vers la chambre de son voisin direct, ledit Saito.

"C'est toi qu'à piqué mes chaussons avoue!"

C'est ce qu'aurait voulu dire Jun mais à peine arrivé devant la porte celle-ci s'ouvrit et Saito en sortit.

"Oh! Jun, on va bouffer!!!"

Lança-t-il. Et ils descendirent les escaliers vers l'entrée, croisant toutes sortes de collégiens et lycéens qui faisaient tous partie de la famille.

Ce ne fut que bien après que Saito, alors qu'ils jouaient à la console dans sa chambre, s'exclama:

"Ah! C'est vrai! Y'a quelqu'un pour toi! J'te cherchais pour te le dire à la base. Elle t'attend dans ta chambre!"

Les légendaires capacités cognitives du voisin de Jun.
Ce dernier se renseigna sur l'apparence de la visiteuse et se dirigea vers sa chambre, la porte à coté.

Sa chambre se trouvait au premier étage, tout au bout du couloir Ouest, la dernière porte. L'entrée du foyer faisait face au Sud, et une fois les casiers à chaussures passés, on trouvait à sa gauche une porte ouverte sur le réfectoire, qui ressemblait plus à la salle à manger d'une auberge traditionnelles, avec de longues tables basses, qu'à autre chose. A droite de l'entrée tout le mur avait été remplacé par une grande vitre donnant sur le coin crèche, dont la porte vitrée coulissante faisait face à celle du réfectoire. Le bas des vitres était opaque et de nombreux auto-collants étaient collés dessus pour éviter que les enfants ne se la prennent en pleine tête.
Si l'on continuait dans le couloir, sans monter l'escalier qui commençait tout droit à la moitié du couloir et continuait sans changer de direction, rétrécissant le passage, on tombait sur un couloir qui s'étendait à l'Est et à l'Ouest, avec des chambres pour les primaires, diverses pièces et, si on continuait jusqu'à bout du couloir Ouest et qu'on prenait celui qui s'ouvrait à gauche, les bains. A l'étage, on arrivait face au Nord, dans un couloir juste au dessus de celui du bas, avec les chambres des lycéens. A coté de la sortie de l'escalier, parallèle à celui-ci, s'ouvrait vers le sud un autre passage vers un couloir perpendiculaire où s'ouvraient des portes de chambres des collégiens, et de quelques lycéens et primaires en trop, juste au dessus des bains, du réfectoire, du coin crèche et au-delà..




La porte s'ouvrit, laissant apparaître Jun, tout souriant.

"Bonjour!"

Dans la chambre se trouvait Morgann Amity, qui attendait sagement assise, sans aucun doutes venue chercher le cahier qu'elle avait confié au garçon et qui ne lui avait pas été rendu à temps. Exactement comme Jun l'avait prédit avant d'entrer dans la pièce, la demoiselle portait ses chaussons. Un mystère de plus de résolu sur cette colonie trépidante.

La chambre en elle-même était simplement meublée, un lit, un placard dans le mur, une étagère, un bureau et une fenêtre sur le mur Nord. Parfaitement rangée, le seul indice qui aurait pu révéler son travail officieux était un appareil photo de haute qualité rangé dans sa pochette pendant à l'étagère.
Sur le bureau contre le mur, trois maquettes de Gundam étaient alignées et parfaitement dépoussiérées. Sur l'étagère, on trouvait principalement des mangas, et les quelques livres de cours étaient confinés tout en bas à droite, du coté bureau, mais le cahier de la demoiselle n'était pas là.
La fenêtre était ouverte, et deux barres de métal traversaient la rues jusqu'à la fenêtre d'en face, ouverte elle aussi, servant d'étendage ou séchaient des t-shirts, masculins d'un coté, plus féminins de l'autre et un sailor fuku, uniforme de fille. Dans l'appartement d'en face, il n'y avait personne.
Asahi rentrerait de son job de serveuse dans un quart d'heures.
De la chambre d'à coté, on entendait un air de rock'n'roll.
Contre le mur en face du lit il y avait un clou planté dans le mur, comme pour accrocher un cintre, mais il n'y avait rien de pendu.
Un bonne odeur de confiserie s'élevait depuis la rue, de chez le pâtissier d'en face.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgann Amity

avatar

Fiche : >ici<
Messages : 53
Date d'inscription : 15/12/2013

MessageSujet: Re: Chocolat   Sam 1 Fév - 18:50

17h30 :

Morgann venait juste de sortir de son entraînement quotidien. Elle fit craquer ses omoplates, puis soupira de soulagement.
Elle jeta un oeil à l'extérieur, par le biais des baie vitrée présente dans le gymnase : Le soleil se couchait doucement, laissant l'adolescente admirer les couleurs du ciel, allant du rose à l'orange, et par-ci par-là, parsemées de nuages blancs.
La rousse serait probablement restée des heures entières à admirer ce panorama, si les gouttes de sueur coulant dans sa nuque, la forte odeur de sanglier crevé répandue par les autres membres, sans compter leurs braillements incessants ne l'avaient pas dérangée.
L'écossaise jeta un coup d'oeil circulaire à la salle.

Comme d'habitude, des groupuscules discutaient nonchalamment, la laissant à l'écart.
Dans le coin à sa gauche, Shehe et ses lèches-cul, qui lui vantaient sa force et son, talent (ce que Morgann qualifierait plutôt de "chance du débutant", mais elle n'était pas cruelle à ce point... Si?), à sa droite se tenait Eddy, un "voisin irlandais", solitaire et délaissé, qui semblait trouver en Morgann une sorte d'alter-ego, à une exception près : Morgann avait choisi la solitude, pas lui.

Puis parsemés autour d'elle, il y avait énormément de groupuscules d'ados en pleine puberté, à qui il manquait facilement un ou deux neurones. Et qui s'arrachaient les cheveux pour faire équipe avec la rouquine au sale caractère. En même temps, y avait pénurie de demoiselles... En fait, Morgann était probablement la seule fille...

Cette dernière finit par lâcher du regard le coucher de retard quand la voix d'Eddy lui perça les tympans.

<< ... Ann...! MORGANN! >>

Morgann sursauta, lâchant son sac avant de décoller une baffe magistrale, sous la peur. Les rires fusèrent, Eddy, lui, se tenait la joue, qui virait lentement vers le rouge. L'Amity s'excusa vaguement avant de jeter à Eddy un tube de crème, et de partir vers son vestiaire.
Une fois à l'intérieur, elle entreprit de prendre sa douche.

-------

Quand Morgann jugea son hygiène irréprochable et sa peau suffisamment sèche, elle quitta la cabine de douche, en sous-vêtements, avant d'enfiler son uniforme.

Elle chercha alors sa brosse avant de se rappeler qu'il était dans son sac de cours... Qui était resté dans la salle. Mais pourquoi fallait-il à chaque fois qu'elle l'oublie là?!
Elle soupira et pénétra à nouveau dans le gymnase, toujours plein d'ados en pleine puberté et en manque de neurones, qui la sifflèrent, et ce à quoi elle leur répondit par un magistral doigt d'honneur et de se réfugier dans le vestiaire des filles.

Après avoir démêlé, démêlé, démêlé sa loooongue tignasse et fait ses couettes, l'Amity farfouilla dans son sac.

Cahier de maths? OK. Cahier d'Histoire? OK. Cahier d'anglais? ... Merde, où était-il?!
Elle farfouilla dans son sac, le vida, le retourna.
Aucun trace du livre tant recherché.

Morgann se laissa tomber sur le banc, en poussant un long soupir, et réfléchit à où elle avait bien pu égarer son cahier.
Pas dans le gymnase, obligé.
Pas sur le trajet, elle ne l'avait pas sorti...

...

JUN SAKASHITAMON!!!!

Morgann se rappela avoir prêté son cahier à ce dernier, en âme charitable qu'elle était. Et cet escroc ne lui avait pas rendu.

Ni une, ni deux, Morgann était sortie du vestiaire telle une furie, et se mit à courir en direction du foyer où vivait Jun. Enfin, le bâtiment des garçons quoi... Elle se moquait éperdument du sort des gens qu'elle bousculait, un cahier était en danger, non mais oh!

Vers 18h30, Morgann aperçut enfin la bâtisse où se trouvait la chambre de Jun.
Elle croisa un dénommé Saito, elle l'avait vu de loin, mais elle savait qu'il connaissait Jun.

<< Jun est là? >> Lui demanda-t-elle, sans esquisser le moindre sourire.

Le concerné lui répondit que non mais lui proposa d'attendre dans la chambre de ce dernier.
Morgann soupira d'énervement, puis haussa les épaules et retira ses chaussures, piquant les chaussons de Jun.

Déjà qu'il lui piquait son cahier, elle n'allait sûrement pas en plus salir ses chaussettes pour lui.
La rouquine suivit Saito à travers la bâtisse, ce dernier la mena à destination. Morgann finit par esquisser un rictus, en le remerciant et s'assied sur le lit.
Elle observa la décoration.
Assez simple, il fallait l'avouer, ça la changeait de sa chambre, qui était pleine à craquer de babioles, de vêtement, de livres... Visiblement, tout ce que Jun lisait, c'était... Des mangas. Il n'y avait apparemment que ça. Plus quelques figurines...

Elle patienta... Dix minutes... Vingt minutes...

Vers 19h00, Jun se décida enfin à pointer le bout de son nez. Morgann l'attendait, bras et jambes croisés, avec la tête du "Si tu n'as pas une bonne excuse, je t'arrache les couilles et j'en fais un collier pour mon chien".




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Re: Chocolat   Sam 15 Fév - 12:49

"Bonjour!"

Salua donc Jun en entrant.

"J'imagine que tu viens pour le cahier."

Avança le garçon tout souriant.
Il ferma la porte derrière lui.

"Saitou, le type de la chambre d'à coté vient de me prévenir que tu étais là... J'espère que tu n'as pas attendu trop longtemps..."

Demanda-t-il d'un air inquiet.
Son regard traversa la pièce d'un geste automatisé et lorsqu'il se posa sur la fenêtre ouverte, son expression changea.

"Oh, attends un instant s'il te plait..."

Il se dirigea alors vers la fenêtre et tira la barre vers lui, le linge avec.
Tout en fredonnant un mélodie agréable que lui inspirait l'odeur de confiserie, il retira le linge, y compris l'uniforme féminin, et replaça la barre en travers des fenêtres en n'y laissant qu'un t-shirt bleu ciel.
Il entreprit de plier les vêtements, manipulant l'uniforme marin avec dextérité, toujours le sourire aux lèvres.
Alors qu'il s'affairait à sa tache son regard, où pointait comme une teinte d'abattement d'avoir fait poireauter la jeune fille, se porta sur elle.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgann Amity

avatar

Fiche : >ici<
Messages : 53
Date d'inscription : 15/12/2013

MessageSujet: Re: Chocolat   Mar 25 Mar - 13:11

Lorsque Jun la salua, Morgann tira la moue : déjà qu'il lui piquait ses affaires, elle n'allait sûrement pas l'accueillir les bras grands ouverts!
La rouquine hocha vaguement la tête lorsqu'il lui demanda si elle venait pour son cahier. L'Ecossaise se leva, tapota sa jupe, la remettant impeccablement en place et tendit sa main à Jun. Non, elle voulait pas lui serrer la patte. C'était juste un moyen silencieux de lui faire comprendre qu'elle n'avait pas envie d'attendre plus. Déjà une demi-heure qu'elle poireautait, nom de Dieu!
Et voilà qu'il recommençait à lui parler de l'autre... Saitou! Quel intérêt? Elle voulait son cahier, pas retranscrire l'histoire de Jun en l'écrivant avec son sang sur des papyrus!
Alors que Morgann allait ouvrir la bouche pour réclamer de vive voix ce qu'il lui appartenait, le shota en face d'elle fut plus rapide et lui demanda de patienter :

<< C'est pas que j'ai des choses à faire, mais un peu quand même... >> Grommela la rousse, avant de s'asseoir sur le lit et de laisser ses doigts tapoter sa cuisse.

Du coin de l'oeil, l'Amity observa Jun qui récupérait son linge, n'ayant visiblement pas grand chose à faire de faire perdre à Morgann son temps... Remarque, au moins, elle savait qu'il nettoyait son li- Attendez, c'est une tenue de fille, qu'il a entre les main, là?
Elle ne rêvait pas, là, elle avait bel et bien vu un uniforme féminin?! Morgann se leva et prit la tenue des mains de Jun. Elle ne rêvait VRAIMENT PAS.

<< ... Chacun ses goûts. >> Dit-elle, pour conclure, trop gênée pour épiloguée.

Morgann rendit hâtivement à Jun ce qui lui appartenait, en commençant à douter de l'orientation sexuelle de jeune homme. Elle haussa un sourcil en regardant le shota en face d'elle :

<< T'es homo? >> Demanda-t-elle, ne cherchant pas à y aller par quatre chemin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chocolat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chocolat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Le salon du chocolat à Paris
» Tarte au chocolat et à la noix de coco
» Patte de Chocolat ♥
» quelle mangeuse de chocolat êtes vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Campus Koidama :: Zone RP :: Quartiers résidentiels :: Les habitations-
Sauter vers: