Alors, c'est un forum rpg, mais sur un campus, et dans l'espace. Et y'a du hentai. Voila.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au cinema on y danse on y danse...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Au cinema on y danse on y danse...   Mar 17 Déc - 22:27

"Un soleil couchant sur une ville au goût amer.
Il ne restait plus rien de ces jours où tout avait commencé. Tous étaient partis, soustraits à cette histoire sans couleur par une volonté tout aussi informe, dans un combat aux raisons qu'ils peinaient à assimiler.
Lui était là, la main dans la poche et dévisageant ce soleil qui fuyait le ciel qui prenait les couleur de la ville. C'était un Empereur, et pourtant lui aussi était soumis à ce destin et à ce sang. Soumis à sa nature, comme un animal diurne fuit la nuit.
Il y avait dans l'air comme une sale impression de fatalisme. Un air vicié qu'ils ne respireraient plus jamais.

Mais il continuerait, soumis à sa nature, à la tâche qu'Elle lui a incombé. Car tels sont faits ceux qui chassent dans l'ombre de la nuit.
Et à l'instar d'une marionnette, il s’exécuterait, n'écoutant que ce que lui dirait son sang, traquant ces êtres qui se nourrissent de mets interdits.

Même son frère avait disparu, ce frère traître qui s'acharnait à lui barrer la route. Mais tous les loups sont mortels. Et il finit par suivre les traces de celui qu'il avait toujours pensé son compagnon. L'autre dont Elle s'était joué avait finit par s'éteindre lui aussi, à la suite des camarades plus anciens de l'homme qui se tenait là.

Seul, désormais, il n'y avait plus que lui, et Anthrope, l'ascendant premier."



Toute la salle était silencieuse. Ils affichaient une expression amère et mélancolique, teinté de fatalisme.
Soudain, un applaudissement retentit, et bientôt ce fut toute la salle qui suivit.

La salle se vidait et les spectateurs recommençaient à parler entre eux, méditant sur ce qu'ils avaient vu.
L'un d'eux était plus petit, et il souriait. Un sourire légèrement amer toutefois. Ce n'était pas le blues de fin de série, ou bien était-ce cela?

L'adolescent s'étira, baillant un grand coup, comme pour chasser la morosité, inspirant l'air de la colonie à pleins poumons, tandis que quelques regards admirateurs se posaient sur lui. Il fit un signe au groupe de jeunes filles, qui décidément ne changeaient pas leurs habitudes, quand un homme plus âgé sortit à son tour de la salle.
Il s'agissait du professeur, qui semblait ému par le film qu'ils venaient de voir.
L'adolescent aux cheveux châtains en profita pour l'aborder.

"Monsieur, ce film était cool, le trip des deux yeux était classe et tout, mais on était pas censés aller écouter du Bach à l'auditorium?"

Demanda-t-il.






Dernière édition par Jun Sakashitamon le Dim 29 Déc - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Moreau
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 84
Date d'inscription : 08/10/2013

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Jeu 19 Déc - 21:09

L'écran s'éteint. Et, pendant un instant, avant que le générique de fin ne débute, il y eut comme un moment de flottement, l'un de ces moments, ou la simple idée de bruit semble absurde. Puis, ce fut le retour à la réalité, le momentg de redevenir un spectateur, le moment de redevenir un professeur.

Arthur restait fidèle à lui même. Après avoir applaudi comme le reste de la salle, il se leva. Il était aussi ému que les autres, mais n'en laissait rien paraître. Tout ce que la vision de sa silhouette et du peu de traits de son visage que l'on parvenait à distinguer dans l'obscurité de la salle, c'était une vague gravité, une sorte de solennité, tout juste perceptible. Il n'eut aucun mal à convaincre les élèves qui lui étaient confiés de l'accompagner sur le parvis du bâtiment.

Tout en profitant de la lumière d'un soleil artificiel magnifiquement imité, il dénombra à une vitesse presque inhumaine la poignée d'étudiants, lorsqu'il fut interrompu par l'un d'eux.

"Monsieur, ce film était cool, le trip des deux yeux était classe et tout, mais on était pas censés aller écouter du Bach à l'auditorium?"

Bien sûr. Il fût un peu gêné. Cela ne l'empêcha pas de formuler une réponse simple, précise, et concise.

"C'était initialement prévu. Mais, je suis passé hier dans l’après midi afin de confirmer pour la troisième fois que nous viendrions, et l'on m'a annoncé que, en dépit des plus élémentaires probabilités, des travaux majeurs débuteraient à l'heure pile du concert. J'ai donc du négocier à la dernière minute cette séance de cinéma, ainsi, votre journée n'est pas perdu, et je pourrai élaborer la suite du cours en me basant sur une analyse de la bande son du film."

Il marqua une légère pause, le temps d'une respiration et d'un sourire.

"Content que tu aies aimé en tout cas."

Il jeta un nouveau un rapide coup d’œil aux élèves autour de lui, la plupart discutaient du film. Il y avait surtout des filles. Il accorda aussi une ou deux secondes à sa montre. Ce qui le contraria. Ils étaient en effet en avance sur le planning qu'il avait établi, et il allait falloir y remédier. Arthur remit en marche sa machinerie cérébrale.  

"Bon, une demi heure de temps libre si vous voulez faire un tour, mais ne traînez pas trop."

L'efficacité de la machine en question était assez variable.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://koidama.forumactif.org
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Ven 27 Déc - 12:15

"C'était initialement prévu. Mais, je suis passé hier dans l’après midi afin de confirmer pour la troisième fois que nous viendrions, et l'on m'a annoncé que, en dépit des plus élémentaires probabilités, des travaux majeurs débuteraient à l'heure pile du concert. J'ai donc du négocier à la dernière minute cette séance de cinéma, ainsi, votre journée n'est pas perdu, et je pourrai élaborer la suite du cours en me basant sur une analyse de la bande son du film."

Jun écoutait silencieusement son professeur, sans en perdre une miette, sans même cligner des yeux.
Cela ne montrait pas une quelconque surprise, mais plutôt que l'élève buvait toutes les paroles sans exception de l'homme. Mais savoir ce qu'il en ferait, s'il les croirait ou non...

"Content que tu aies aimé en tout cas."

Ajouta l'enseignant en souriant.
Jun lui rendit son sourire.

"Bon, une demi heure de temps libre si vous voulez faire un tour, mais ne traînez pas trop."

Annonça enfin le professeur.
Jun lui fit un signe de main et se retourna, inspirant un grand coup cet air frais qui selon les rumeurs était plein de nano-machines, qu'elles servent à prévenir les maladies, ajouter une odeur de rose à la ville, manipuler l'esprit des gens aux cheveux blonds, ou autre.
Son regard se porta sur le 'ciel', et vogua entre les énormes nuages lumineux qui reflétaient la lumière d'un soleil holographique et cachaient les autres zones habitables du cylindre. Ses yeux dérivèrent jusqu'à la position supposée du pilier central, caché par un hologramme simulant un ciel bleu en fond.

Il se souvint avoir entendu un jour quelqu'un dans les couloirs du lycée dire qu'il aurait aimé vivre sous un ciel véritable, et qu'en comparaison, l'espace lui paraissait banal et peu attrayant.

Il se retourna vers le groupe de fille qui l'observait et feignant de les remarquer sur le coup leur fit un signe de main, le sourire au lèvre. Elles furent forcées de détourner le regard sous le coup de l'émotion.
Comment allait-il occuper cette demi-heure?

"Qu'est-ce que vous allez faire vous? Si tout le monde s'éparpille vous ne pourrez pas surveiller."

Demanda-t-il au final à l'enseignant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Moreau
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 84
Date d'inscription : 08/10/2013

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Dim 29 Déc - 12:51

A peine avait-il fini sa phrase, que les élèves lui échappèrent, pour répondre à l'appel de la ville. Pendant un instant, il se demanda si il pouvait vraiment leur faire confiance pour ne revenir qu’après une demi heure.

...

*Naaaan! A 16 ans, on devrait pouvoir leur faire confiance pour respecter une consigne aussi simple!*

La principale lacune d'Arthur en tant que professeur, c'est qu'il n'a jamais été dans une école normale. Il regarda brièvement autour de lui, quelques élèves étaient restés devant l'auditorium, discutant pour la plupart. Ce qui rassura Arthur, si les autres tardaient, il pourrait demander à ces élèves de les contacter. L'étudiant avec qui il discutait, Jun... Comment déja? Était resté la, et, tout en affichant un visage angélique, il posa la question fatidique:

"Qu'est-ce que vous allez faire vous? Si tout le monde s'éparpille vous ne pourrez pas surveiller."

"Ne me fais pas douter de ma décision veut-tu? Ils ont 16 ans, ils devraient être un minimum responsables..."

Le silence s'installa alors pour quelques longues secondes. Arthur, même s'il avait un peu peur que cela sape sa crédibilité, ne put s'empêcher d'ajouter:

N'est-ce pas?"

Arthur soupira. Il détestait se dire ça, mais il avait de plus en plus l'impression que c'était vrai: Son principal défaut était qu'il accordait autant de confiance aux autres qu'il en accorderait à lui même. Ce qui l’énervait, c'était que ça impliquait qu'il était plus digne de confiance que les autres. Et donc, que ce que ses parents lui ont répété toute son enfance: qu'il était meilleur que les autres, et bien que c'était au moins en partie vrai. Il détestait ça. En fait, la simple idée de porter un jugement de valeur sur une personne le répugnait.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://koidama.forumactif.org
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Sam 11 Jan - 18:34

Le professeur souleva une autre question:

"Ne me fais pas douter de ma décision veut-tu? Ils ont 16 ans, ils devraient être un minimum responsables..."

Il marqua une courte pose.

"N'est-ce pas?"

Jun restait sans voix, une goutte de sueur perlant le long de sa tempe, sans pour autant perdre son sourire.

"Bien sûr..."

Répondit-il sans en penser le moindre mot.
La question de la responsabilité des élèves ne se posait pas pour ceux en filières 'pratiques', c'est à dire ceux qui étudiaient des filières en y travaillant, servant ainsi au fonctionnement de la colonie, mais pour ce qui était des élèves de section conventionnelle, c'est à dire la section dont faisaient partie les élèves actuellement en train de s’éparpiller dans les huit directions.

"Il faudra peut-être aller chercher les retardataires par contre."

Ajouta-t-il, trahissant son état dubitatif.
Son regard fit un court aller-retour pour scruter les environs. Il ne restait qu'une demi-douzaine d'élèves en vue. Oh, il y avait aussi un groupe de cinq filles qui était monté au premier étage d'un restaurant proche afin de se positionner devant la verrière et d'observer discrètement Jun. Il n'y prêta pas attention.

La question était maintenant de savoir quoi faire. Il se retourna vers le professeur.

"Vous n'avez pas soif?"

Demanda-t-il en faisant un pas en direction de l'un des restaurants.

"Sinon, qu'est-ce que vous pensez du paradoxe de Fermi?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Moreau
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 84
Date d'inscription : 08/10/2013

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Mar 28 Jan - 9:17

"Bien sûr..."

Son interlocuteur semblait distrait. Ou plutôt, il ne semblait accorder qu'une partie de son attention à la conversation qu'ils avaient. Arthur jeta un oeil à sa montre, plus par habitude que pour réellement avoir l'heure.

"Il faudra peut-être aller chercher les retardataires par contre."

Arthur étudia cette phrase. Chercher les retardataires quelques minutes avant la fin du temps libre n'était pas un problème, mais encore fallait-il les trouver. Il faudrait recouper les informations receuillies auprés des élèves déja retournés de leur pause, et puis il y avait le risque qu'ils reviennent pendant qu'Arthur les cherchait. Heureusement pour lui il connaissait bien les environs, et aurait donc une certaine facilité à quadriller la zone. De plus...

"Vous n'avez pas soif?"

Il stoppa temporairement le cours de ses pensées pour répondre à Jun:

"J'ai une bouteille dans mon sac, tu peux la prendre. Ne t'en fais pas, je n'y ai pas touché."

Il allait reprendre, mais l'étudiant enchaîna avec une autre question:

"Sinon, qu'est-ce que vous pensez du paradoxe de Fermi?"

La question surprit Arthur, mais pas suffisamment pour le décontenancer.

"Peut-on vraiment parler de paradoxe? Enfin, je veux dire, il y a eu premier contact. Nous sommes même en guerre."

Peu importe comme il le voyait, le paradoxe de Fermi lui semblait être une relique du passé, étrange qu'un de ses élèves l'aborde naturellement au cours d'une conversation.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://koidama.forumactif.org
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Mar 28 Jan - 21:53

"J'ai une bouteille dans mon sac, tu peux la prendre. Ne t'en fais pas, je n'y ai pas touché."

Répondit l'enseignant à sa question. J'un s'arrêta donc. Dommage, son plan au restaurant était momentanément stoppé. Mais il payait rien pour attendre...

A la seconde question de Jun le professeur répondit:

"Peut-on vraiment parler de paradoxe? Enfin, je veux dire, il y a eu premier contact. Nous sommes même en guerre."

Ayant posé la question par simple hasard, Jun marqua un court arrêt.

"Si. Si on prend la question sous un autre angle, cela donne:
Si il y a autant de probabilité que d'autres civilisations évoluées existent, pourquoi n'a-t-on découvert que les Protodevilin? Même dans les nombreuses données retrouvées chez eux, qui voyagent depuis bien plus longtemps que nous, il n'y a aucune preuve de l'existence d'autres civilisations. On peut donc en déduire que soit le gouvernement nous cache des choses, soit le paradoxe de Fermi est toujours d'actualité."


Rétorqua l'élève.

"Soit on a trouvé des infos périmées chez les Protodevilins."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Moreau
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 84
Date d'inscription : 08/10/2013

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Mar 11 Mar - 12:10

"Soit on a trouvé des infos périmées chez les Protodevilins."


Arthur plaça ses deux mains sur sa nuque et, ne me demandez pas pourquoi, s'étira en inspirant une grande bouffée de l'air simili-pur de la colonie. Sa réponse ne se fit pas attendre.

"Simple biais de communication si tu veux mon avis. Si ça se trouve, les protodevilins ont trouvé des formes de vies extraterrestres, mais les élites ont gardé les infos pour elles. Ou alors, le peuple a accès aux infos, mais les données qu'on a trouvé étaient incomplètes. Ou bien encore, comme tu l'as fait remarquer, c'est nos élites qui nous cachent des infos."

La par contre, il laissa la discussion flotter pendant 3 ou 4 bonnes secondes.

"Et puis, le problème est peut être exosociologique aussi. Peut être que des formes de vies intelligents se cachent un peu partout dans la galaxie, et qu'il n'y a que nous et les protodevilins pour chercher à tout prix le contact. Ils n'auraient pas tort, pour ce que ça nous a apporté."

Un sourire éphémère s'esquissa sur son visage.

"Tu as pas mal de jugeote pour ton âge en tout cas. Mes hommages."

C'était (entre autre) pour des discussions comme ça qu'il avait choisi ce job. Il prit un instant pour finir d'optimiser le trajet qu'il ferait pour récupérer les retardataires. Ses pensée divaguèrent vers les protodevilins. En tant qu'habitant de la Terre, il avait toujours été relativement préservé des attaques extraterrestres, et au final il ne connaissait l'envahisseur que de ce qu'on en disait aux informations et sur le net. Il réfléchit ensuite à comment la discussion pouvait se poursuivre, car il sentait bien que l'ennui s'installait.

"Je pense que je vais me prendre un café. Je t'offre quelque chose?"

Pendant un moment l'idée qu'il passe pour un chouchou l'avait effrayé. Mais, le monde lycéen n'étant pas si lointain pour lui, il s'était dit que si le Jun en question venait lui parler, c'est que passer pour un chouchou ne le préoccupait pas outre mesure.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://koidama.forumactif.org
Jun Sakashitamon
Admin
avatar

Fiche : >ici<
Messages : 105
Date d'inscription : 08/10/2013
Localisation : Dans le Tsun

MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   Mar 11 Mar - 17:40

"Et puis, le problème est peut être exosociologique aussi. Peut être que des formes de vies intelligents se cachent un peu partout dans la galaxie, et qu'il n'y a que nous et les protodevilins pour chercher à tout prix le contact. Ils n'auraient pas tort, pour ce que ça nous a apporté."

Répondit le professeur. Star Treck-like? Ouaip, mais dans ce cas les autres formes de vies seraient de sacrées bitches, à pas nous inviter pour boycotter les protodevilins avec elles.
"Tu as pas mal de jugeote pour ton âge en tout cas. Mes hommages."
Alors que M. Moreau ajoutait un compliment, l'esprit de Jun se mit sur cette pensée à vagabonder entre les possibilités offertes à la civilisation bitch, ils doivent avoir des prisonniers protodevilins dont ils jouent comme on joue d'une tsundere quand on est un vilain garçon... Trop cool, pensa-t-il.

Le professeur relança finalement, sortant Jun de son transport:

"Je pense que je vais me prendre un café. Je t'offre quelque chose?"

Just as planned. Pensa Jun en sachant pertinemment qu'il n'avait pas provoqué cette situation.

"Vraiment? Merci."

Répondit-il en souriant alors qu'il se dirigeait vers l'établissement qu'il avait repéré plus tôt.
Menant l'air de rien le duo, il monta au premier étage jusqu'à une table qu'il feignit avoir choisi au hasard. S'asseyant, il se délecta des gémissements stupéfiés qui montaient étouffés depuis la table derrière lui où un groupe de filles monté ici plus tôt pour l'observer tentait tant bien que mal de se cacher.

"Au fait, vous êtes le professeur référant d'un club vous?"

Demanda au hasard Jun.

Restait plus qu'à attendre la serveuse, parce qu'il fallait bien boire quelque chose quand même.
A quel sauce allait-il manger ses pauvres lycéennes derrière lui?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au cinema on y danse on y danse...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au cinema on y danse on y danse...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Danse petite fille, danse!
» Salsa ~ Bel étalon, danse... nan, j'danse pas!
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Campus Koidama :: Zone RP :: La Galerie Marchande :: Les cinémas-
Sauter vers: