Alors, c'est un forum rpg, mais sur un campus, et dans l'espace. Et y'a du hentai. Voila.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Akihiko Nekki McDowell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aki N. McDowell

avatar

Fiche : >ici<
Messages : 12
Date d'inscription : 12/12/2013

MessageSujet: Akihiko Nekki McDowell   Lun 16 Déc - 21:55

Akihiko Nekki McDowell



___________________________________________________
Devise




ver. Aplha
Nom : Nekki McDowell (熱気 McDowell)
Prénom : Akihiko(秋彦), souvent raccourci en Aki
Âge et classe : 17 ans
Date de naissance : 13 octobre 2207
Sexe : Masculin
Club(s) souhaité(s) : -
Lieu d'habitation : Aki vit seul dans un appartement de taille moyenne de style européen, dans un petit bâtiment de location de style japonais à un étage.
Job : Mécano EVA pour l'entretien de la colonie
Orientation sexuelle : Hétérosexuel

Caractère :

Akihiko est né d'une famille plutôt aisée, sur une exoplanète, mais les nombreuses mutations de son père l'ont poussé à voyager très tôt, ainsi, ses amis et ses relations ont toujours été instables, ce qui lui a forgé un caractère plutôt difficile. Ayant du mal à se faire des amis, il a tendance à rester dans son coin, à observer les autres, sans prendre d'initiatives. Fils unique, il est habitué à suivre le chemin que sa famille a planifié pour lui, bien que depuis qu'il vit seul il se soit habitué à faire ce qu'il faut pour subvenir à ses besoins par lui-même, se trouvant un travail qui l'attirait et rejoignant un club qui lui paraissait intéressant. Cependant, s'il se débrouille par ses propres moyens, sa capacité d'initiative s'arrête là. Ayant peur de perdre sa sécurité, il ne se permet pas de rêver à une vie meilleure, celle là lui convient de toutes façons, et il n'y a pas de quoi se plaindre après tout. Mais cela résume bien sa vision des choses, il se contente de ce qu'on lui accorde sans demander plus, sans espérer plus, limitant son avenir à ce qu'il a sous les yeux.
Cela l'amène parfois à regretter sa passivité.
Il trompe l'ennui en lisant des bouquins et en regardant les dernières séries de mécha, ou encore en écoutant Galactic Broadcast Radio, choses qu'il apprécie. A l'inverse, il y a peu de choses qu'il déprécie. Il s'amuse à 'haïr' des produits culturels aux goûts fades avec sa communauté, mais en réalité, son endurance lui permet de supporter bien du mauvais goût. Cela peu constituer une qualité, puisqu'il supporte aussi bien la douleur physique, mais ça lui donne en retour des goût parfois bizarres.
Il n'a pas l'habitude de montrer ce qu'il ressent, et garde tout pour lui, dans un rôle d'écoutant plutôt que d'annonceur. De fait, on a du mal à savoir à quoi il pense. Mais il est plus bavard au sujet de ses passions que de la vie quotidienne: c'est à dire avec ses quelques amis. Il ne pense pas grand chose de notre monde, n'y ayant pas réfléchit et se contenant très bien de sa situation actuelle, quoi qu'un peu amère parfois.



Apparence et condition physique :

L'apparence d'Aki ne diffère pas de celle de ses camarades, il porte en général une veste, un jean et un t-shirt, en dehors de l'uniforme du lycée. Il ne renouvelle pas fréquemment sa garde-robe et la mode est la dernière de ses priorités. S'il se fiche de ses vêtements, il ne va pas non plus porter du mauve ou des trucs qui piquent les yeux. Il ne possède de toutes façons que des vêtements sobres, et essaie de les garder propres. Il fait attention à ne pas oublier de coiffer ses cheveux difficiles, surtout après les avoir lavé. Ces cheveux entre le brun et le châtain assez longs ont tendance à expérimenter les poses périlleuses, grands amis du vent, du réveil et de l'eau. Enfin, Aki fait un effort pour se coiffer en sortant, mais quand il y a du vent, il ne s'embête pas à les recoiffer toutes les cinq minutes. Son visage, sa taille comme sa corpulence sont tout à fait oubliables. Il rentre dans la moyenne, avec des yeux toutefois ambres et une peau claire à qui il ne laisse pas forcément voir le soleil régulièrement. S'il possède des muscles à cause de son boulot, c'est limite s'il en est conscient. Ses performances en éducation physique s'en trouvent moyennes, car il n'apprécie pas le sport plus que ça. Enfin, il tombe rarement malade, mais l'hiver, il lui arrive de passer sa vie avec un masque pour ne pas refiler son rhume à qui veut.



Passé :

Akira Nekki et Edam McDowell étaient ses parents. Enfin, étaient, ils ne sont pas morts, c'est juste qu'il ne leur parle plus tant que ça, maintenant qu'il vit seul.
Sa mère était d'origine japonaise et son père lui venait d'un autre système, PDG d'une grande entreprise de construction spatiale. Akihiko fut élevé comme un premier de la classe, destiné à suivre les traces de son père. Lorsqu'il avait quatre ans, ils déménagèrent sur Terre, dans une maison de banlieue appartenant à la famille aisée de la mère. Et lorsqu'il essaya de se faire des amis dans sa nouvelle école, il durent déménager à l'étranger. Ainsi commença sa vie, Aki abandonna l'idée de se faire des vrais amis et mena une scolarité dont les perspectives semblaient solitaires. N'ayant personne à qui parler, il se concentra donc sur les cours, au grand plaisir de son père, à qui les professeurs répétaient qu'Akihiko avait le profil du surdoué. Mais ce petit garçon toujours tout seul et enfermé dans son silence inquiétait les professeurs des pays occidentaux. Et puis, alors qu'il avait 11 ans, sa famille dû déménager sur une autre planète, dans un autre système, après une courte escale sur Mars. Il profita du second voyage de trois mois pour se familiariser avec le monde du travail, puisqu'ils voyageaient sur un vaisseau appartenant à la compagnie de son père. Il fit connaissance avec des ingénieurs, des mécaniciens, des agents d'entretien, des cargomasters, des pilotes, des pompiers, des damage control officers, des timoniers, des cuisiniers... Tout un monde codifié et plongé dans une ambiance de façades qui ne l'attirait pas vraiment. Il ne comprenait pas pourquoi les gens travaillaient ici. En dehors des heures de révision ou de cours en vidéoconférence et des séances de sport obligatoire, il passait son temps à déambuler en microgravité dans les couloirs du vaisseau, longeant les verrières donnant sur rien. Et ce rien, il l'aimait bien. Des étoiles à une distance infinie, et c'est tout. Parfois on passait à proximité de planètes,  et les vues étaient assez merveilleuses. Durant le voyage, il assista aux obsèques d'un cuisinier mort dans un accident. Bien qu'il connaissait l'homme, cela ne le choqua pas plus que ça, et il regarda la dépouille sombrer dans le réacteur du système de survie silencieusement -les sépultures spatiales étant interdites depuis un bon bout de temps-.
Un jour, un des mécanos lui demanda alors qu'il regardait à travers la verrière s'il avait envie de voir ce que ça faisait d'être dehors. Ce qu'il acquiesça d'un signe de tête. Alors il lui fit enfiler une combinaison de survie pour enfant et ils sortirent pendant quelques minutes à l'extérieur du vaisseau. "Alors, qu'est-ce que ça te fait? Ça te plait?" demanda le mécanicien. "Oui" répondit Aki d'un ton monocorde. En fait, c'était pas grand chose, on s'ennuyait même un peu, pensait-il.
Plus tard, le mécanicien en question se fit renvoyer, un mois après, ils atteignirent leur destination.
Une fois dans sa nouvelle école, le fait qu'il ait fait une sortie dans l'espace lui attira l'attention de ses camarades, et certains finirent par l'intégrer à leur groupe sans trop lui demander son avis. Il devint une espèce de sage, de référant du groupe, à qui on demandait son avis, et dont les réponses, quasi one-liners, faisaient autorité à chaque fois qu'un problème se posait. Il ne pensait pas grand chose de ce rôle. Quelques mois plus tard, sa famille déménagea à nouveau. Le voyage vers la Terre dura quelques jours seulement cette fois -le précédant vaisseau étant en fait un des lieux de travail de son père-.
Il retourna au Japon, où il finit l'école primaire et le collège.
Une fois au collège, il se mis à changer de mentalité, il devint plus sociable, et intégra un club de manga parce que là bas, il pouvait lire plein de séries sans dépenser un centime. La vieille salle, décorée de posters, de figurines et de vieilles consoles de salon, fut un lieu fétiche d'Aki, où il lisait dans un coin alors que les autres parlaient de tout et n'importe quoi. Il donnait parfois son avis quand on le lui demandait, à l'instar des années passées, et, lisant sans s'arrêter, il finit par emmagasiner une culture plus grande que celles de la plupart des autres membres, qui ne faisaient que discuter, souvent de gens du collège, d'ailleurs. Il n'y avait guerre que lui et le président qui se rendaient au club pour ce qu'il proposait vraiment. Le président était un garçon en dernière année-de deux ans son aîné donc- silencieux et entouré de mystères, qui passait ses journées assis à son bureau sans rien dire, comme Aki. Des fois il y avait aussi un autre membre, du genre silencieux également qui venaient faire un tour, et avait l'air d'être un 'true', comme le président. Les autres membres étaient des premières années qui parlaient de filles ou de séries grand publics.
Un jour, alors qu'il n'y avait dans la salle plus qu'Aki, le président et l'autre membre, le président demanda au lecteur silencieux, après avoir échangé des murmures avec l'autre:

"Dis, tu sais dessiner?"

"Bof..."

"... C'est pas grave, viens avec nous, Nekki."

"..."
A ce moment, Aki hésita, non pas à accepter l'invitation, mais à corriger le président. 'McDowell'. C'était le nom de son père, le nom de sa famille, le nom que son père lui avait appris à donner en toutes circonstances. Mais il finit par ne rien dire et suivre les deux garçons silencieusement.

Ils l'emmenèrent dans les quartiers aux alentours de l'école, devant une petite église. Le soleil se couchait et il n'y avait pas un chat dans les rues. Alors, l'autre membre se mit à escalader la façade, avec une certaine aise.

"Maki est un grimpeur hors-pair, mais c'est pas tout."

Expliqua le président en se balançant sur ses skateshoes à roulettes. Il attrapa quelque chose dans son sac et l'envoya à 'Maki'. Une bombe de peinture.
Aki restait debout silencieusement à observer.

"Eh, qu'est-ce que vous foutez, Kirito!? montez la garde!"

Demanda Maki en réceptionnant la bombe.

"Ouais ouais."

Et le grimpeur se mit à tracer à la bombe sur le mur du clocher.

"Jaune."

Indiqua Maki, et le président, Kirito, lui envoya une bombe de couleur jaune.
Le dessin qui naissait fit sourire Aki.
Il retenait son envie grandissante, et soudain, lorsque le prêtre les vis par le plus grand des hasards, il finit par éclater de rire alors qu'ils se mirent à courir.

"Vous êtes malades de dessiner du Hellsing sur une église!!"

"Aaaaamen!"

Répondit Maki en imitant le prêtre aux baïonnettes chasseur de vampires.
En semant leur poursuivant, ils s'étaient retrouvés sur le toit de leur collège, essoufflés, à regarder le ciel.

"Dis Nekki..."

"McDowell. C'est Nekki McDowell. Mais tu peux m'appeler Aki."

Répondit-il avant que Kirito n'ait pu finir sa phrase.

"Ok... Aki, tu te fais pas chier ici? Moi grave. J'en ai marre de voir toujours les mêmes têtes, toujours les mêmes maisons. T'as pas envie d'aller là-haut un peu? D'aller voir ce qu'il y a au-delà des 200 kilomètres? Moi j'ai envie d'aller voir ce qui se passe ailleurs, d'aller dans l'espace."

"En fait... J'y suis déjà allé."

"Sérieux?!"

"Ouais, je suis même sorti en scaphandre."

"Ouah!! La vache!"

"Mais en fait... C'était pas grand-chose. C'est juste plus dangereux, et plus contraignant qu'être en atmosphère. Quand à ailleurs, j'ai vécu sur plusieurs planètes, mais... Ça m'a pas paru si différent que ça. C'est la même chose partout en fait."

"..."

"Tu viens de briser les rêves de Kirito."

"Ah... Toi la ferme! ... De toutes façons, je peux pas savoir tant que j'y suis pas allé non?"

"...C'est pas faux."

"En fait, je serais plus intéressé par les 100 premiers kilomètres. Le ciel m'a l'air vachement plus cool que l'espace."

"Tain j'y crois pas toi aussi?"

"...Comment ça?"

"Ah, nan, le grand frère de Kirito fait partie d'un gang d'Air Trecks. Ils sont obsédés par le ciel et se cassent un bras tous les deux jours en essayant de voler -rider, pardon- le plus haut possible."

"..."

Cela avait piqué la curiosité d'Aki.

Deux jours plus tard, Les trois garçons s'étaient aventurés dans un vieux hangar désaffecté à la rencontre du gang du frère de Kirito. Ils étaient tous typés délinquants, on comprenait d'où venaient les habitudes de grimpeur et de taggeur des deux collégiens.

"Alors c'est toi Aki? Tu veux apprendre à rider?"

"Ah, non, je suis juste là pour voir, j'ai pas l'intention de me mettre à l'Air Treck."

"Woh l'autre, hé..."

Sur ces mots, le grand frère de Kirito qui devait bien avoir quatre ans de plus qu'Aki retourna s’entraîner à faire des tricks foireux sur un tonneau à qui AKi donnait pas dix minutes pour s'enfoncer.
Il y avait des jolies filles dans le tas, et des types qu'avaient l'air de plus être à l'école.
Si le père McDowell voyait son fils ici il ferait tout raser par arme satellitaire au moins.... Aki sourit. Ce n'était pas vraiment son style d'amis...
Il retourna deux fois jeter un coup d'oeil aux tricks avant de se replonger dans sa lecture.
Par contre, Aki et Kirito ne se gênaient plus pour parler en sa présence, et il entendait toutes sortes de choses sur le frère de Kirito et sa petite amie, sur d'autres filles de la bande, il appris aussi que certains des mecs du groupe avaient eut des problèmes avec d'autres gangs... Kirito s'était mis à fumer dans la salle du club. Aki ouvrait donc systématiquement la fenêtre quand il arrivait. Il ne fallait pas que l'odeur s'imprègne sur ses vêtements. Ses notes restaient à un bon niveau. Parfois, Kirito et Maki l’entraînaient malgré son jeune âge à des soirées du gang, et il était devenu populaire à son insu. Un peu comme le bon gars à protéger.

"T'as entendu parler de ce type aux cheveux rouges, là? Eri en parlait, son mec s'est fait défoncer avec toute la bande à son frère par ce type. Il parait qu'il met en pièce tous les gangs...."

"Ah, oui, j'en ai..."

"Je vais déménager."

"Hein, quoi?"

"En mars, mon père doit se déplacer."

"T'es sérieux? Merde..."

"Mais tu peux pas rester ici avec ta mère?"

Malheureusement, quand Monsieur McDowell se déplaçait, tout le foyer suivait. Le monde du travail japonais n'avait pas cours chez lui, et si certains employés du pays allaient vivre seuls quand ils étaient mutés, lui n'avait jamais eu l'intention d'obéir à quoi que ce soit venant de la culture de sa femme, alors à des habitudes de menu fretin n'en parlons pas...
Aki était destiné à suivre son père, et de fait, l'image qu'il en gardait c'était celle d'un homme de dos, aux épaules larges et très grand. Les seuls mots qu'il lui adressait étaient des recommandations, s'il ne faisait pas référence à son arrière grand mère. La grand mère de Monsieur McDowell était une jeune femme blonde à fort caractère qui avait fondé l'entreprise et l'avait amenée à gravir les échelons toute seule. Le symbole de la famille.
Cette fois encore, Aki suivrait la silhouette de dos de ce grand homme dont les lunettes lui cachaient le visage, en silence. Il le suivrait jusqu'à Tokyo, la capitale, dans sa nouvelle maison. Une grande résidence traditionnelle de la famille de sa mère, cette fois.
Les amis du grand frère de Kirito l'avaient recommandé à leurs relations à la capitale, le présentant comme le meilleurs des bons gars, un type en or, et ces amis de Tokyo se mirent à traîner avec lui. Aki ne se souciait pas de ce rôle de bon gars qu'on lui avait assigné, ni de pourquoi en premier lieu les gens s'étaient senti le besoin de se trouver un bon gars. Il passa ces deux années seul, se demandant parfois pourquoi sa vie ne ressemblait pas aux comédies scolaires qu'il lisait et appréciait. Il n'avait trouvé personne qui lui plaisait, et les gens de sa classe ne l'intéressaient pas.

Alors qu'il approchait de la fin du collège, il reçut une lettre. Une lettre qui mit son père hors de lui. Anéantissant l'avenir tout tracé qu'on lui avait prévu. Il était sélectionné par le gouvernement fédéral pour faire partie du projet Koidama.
Apparemment c'était rare que de nouveaux élèves rejoignent la colonie comme ça, en cours de scolarité.
Monsieur McDowell du se plier aux directives du gouvernement, et son fils partit après avoir salué les délinquants amis du grand frère de Kirito qui l'avaient presque adoptés dans leur gang, sans que l'intéressé ne s'implique le moins du monde dans leur univers. Les filles du groupe pleurèrent devant le départ de ce mec soit-disant mignon qu'elles ne voyaient que sous l'angle qui leur plaisait.
Pendant le voyage d'un mois dans l'espace, Aki finit par s’apitoyer sur leur sort. C'étaient de gentilles filles au fond, juste un peu idiotes et influençables. Pouvait-il leur en vouloir, à tous, de chercher à lui imposer un rôle de gentil garçon qui vaut qu'on le protège, pour donner une cohérence et un raison de subsister à leur groupe d'enfants insatisfaits et déçus par l'avenir qu'on leur propose?
Il se sentait maintenant une certaine sympathie pour ces idiots qu'il ne reverrait plus jamais. Il souriait tout seul, le regard se baladant entre les étoiles de l'autre coté de la verrière.

Il étudia un peu l'architecture du vaisseau et demanda à un des agents d'entretien de l'emmener dehors. Après quelques essais le membre d'équipage accepta enfin et ils sortirent sur la coque.
Aki plongea son regard dans l'océan d'étoiles infini. 'Là-bas, c'est celle-là. Le système solaire' pensa-t-il en fixant l'une des étoiles de la nouvelle constellation d'Hélios. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il repensait aux idiots qui se démenaient pour maintenir leur groupe de paumés.



"C'est marrant, je me rend compte que maintenant à quel point c'était amusant d'être avec eux..."



Durant ce voyage, il se familiarisa aussi avec l'équipage. Ce n'était pas un vaisseau de la compagnie de son père, mais d'une compagnie nationale, et le vaisseau embarquait d'autres jeunes, certains aussi en route pour Koidama, il y avait donc une salle de classe dédiée.
Il y étudiait les matières universelles, comme les langues, les mathématiques ou l'astronomie, il avait aussi des cours de damage control et une heure de sport pour sociabiliser tout le monde, chacun faisant d'habitude du sport de son coté -il fallait croire qu'Aki était prédestiné aux environnements en microgravité-. Il prenait aussi des cours d'ingénierie aérospatiale, la filière à laquelle l'avait destiné son père, et la filière générale de ce vaisseau, bien que sur Koidama, il changerait de filière...
Il était maintenant bien plus enclin à parler aux autres, et s'était familiarisé avec les gens de la classe, de tous âges.
Ils furent au final affectés pour la plupart à un groupe de mécanos en EVA, opérations extra-véhiculaires, et il sortit dans l'espace pas mal de fois.
Dans le groupe, une fille l'intéressait, mais il ne pris aucune initiative et lorsqu'ils atteignirent Koidama, elle ne faisait pas partie de ceux qui s'y installaient. Cette aventure ne le troubla pas trop, il fut juste déçu.

Il entra au lycée sur la colonie, et trouva un job à mi-temps de mécanicien sur la colonie, ayant déjà 93 heures d'EVA derrière lui. Il bosse à l'extérieur et répare les trous dans la coque et les lignes de métro.
Au lycée, il s'intégra bien mieux à sa classe qu'au collège. Il avait compris que la plupart de ceux qu'il côtoyait ressemblaient aux idiots de Tokyo, essayant de faire de leur mieux.
Il avait aussi compris pourquoi les gens travaillaient sur des vaisseaux comme celui de la compagnie de son père, et, lui aussi, il avait accepté l'univers morose de son job pour maintenir sa petite sécurité personnelle.
Sa maturité nouvelle ne l'avait en revanche pas poussé à sortir de sa passivité.

Koidama... C'était un endroit vivant, peuplé de types surexcités, et plein de rumeurs chelous. De plus, son système administratif était assez incroyable. Pourquoi on l'avait sélectionné lui? Il n'en avait aucune idée. Pas grand monde savait qu'il était héritier de la compagnie de son père, à vrai dire elle ne s'appelait pas McDowell. Sur ce point, on l'avait laissé tranquille toute sa vie, et la plupart de ses camarades de classes, toutes années confondues, ne se seraient jamais doutés qu'il venait d'une famille riche.

Au lycée il intégra le club de manga, resté sans club pendant les deux dernières années. Mais l'argent de son père lui permis de s'essayer à de nombreux clubs, vu qu'il avait une autre source de revenu avec son job d'EVA. Il traîna un peu partout, tantôt lisant un bouquin, tantôt écoutant de la musique. Il n'avait pas de groupe d'amis fixes, mais connaissait plein de monde. Était-il devenu un cool guy?
Il n’empêche que quand il se retrouvait seul, il s'ennuyait, sa nature solitaire reprenait le dessus. Parfois il s'enfermait chez lui derrière son pc pendant plusieurs jours de congé. Au final, les relations qu'il entretenait avec les autres étaient superficielles, et il ne s'impliquait pas. La réponse à la question précédente était clairement non.
Alors qu'il cherchait un club qui lui plairait vraiment, au deuxième trimestre de sa première année de lycée, il se rendit dans l'arrière-cour du lycée pour jeter un oeil au matos des clubs entreposé là. Il y avait des tableaux, des caisses, un vieille réplique d'airsoft, des piles de magazines... Ça ressemblait plus à un local à poubelle. Mais son regard fut attiré par quelque chose. Entre deux caisses dépassait un pied. Il s’arrêta un instant. Il regarda entre les deux caisses concernées et y vit un homme adossé contre le mur, immobile et les yeux fermés. A mieux y regarder, sa poitrine se soulevait. Ainsi il était vivant.
Que faisait-il endormi là? Avant de chercher à répondre à cette question, Aki se mis en tête de retourner en classe. Mais les yeux de l'homme s'ouvrirent avant qu'Aki ne détourne le regard.

"T'es qui?"

"... C'est à moi de poser cette question."

Répondit Aki.

"..."

Un court silence suivit.

"Tu viens souvent ici?"

"Non, je venais juste jeter un coup d'oeil au matos entreposé."

L'homme ne portait pas d'uniforme et avait l'air en dernière année d'université. Il portait des lunettes de soleil rondes aux verres bleutés et ses cheveux étaient en bataille. Vêtu d'un simple débardeur et d'un vieux jean, il avait une guitare sèche entre les mains.
Le silence était retombé, et le regard d'Aki voguait maintenant entre les piles de magazines empoussiérés. Soudain, quelques notes de guitare se glissèrent entre deux silences. Et bientôt, une mélodie commença à envahir la petite arrière-cour. Quelques instants de plus et une voix puissante et cristalline suivit les notes.

"Omae ga, kaze ni narunara... Hateshinai, sora ni naritai..."
'si tu te changeais en vent, j'aimerais être un ciel sans fin...'

Avant qu'Akihiko ne s'en rende compte, la chanson était finie. C'était une belle chanson, mais intimidé, il hésitait à l'exprimer. L'homme lui jeta un bref regard puis ferma les yeux un moment avant de se relever. Entre les cartons où il était assis se trouvait également une chaine hifi portable. Il régla quelque chose sur sa guitare sèche électrique, visiblement sans fil et reliée à la chaine. De son pied, il enclencha ensuite un bouton sur la chaine tout en prenant une inspiration.
Aki le regarda faire, planté là sans trop savoir comment réagir.
Soudain, le son monta depuis l'enceinte embarquée dernière génération de la chaine portative.

"Fiiiiireee!!!!!"

Il y avait tout un groupe d'enregistré derrière et la qualité du son de la chaine était irréprochable, on aurait cru apercevoir un groupe derrière l'homme. Sa voix portait comme s'il avait un micro, et s'imposait au-dessus du mini-concert qu'offrait l'appareil. Le son de sa guitare vraisemblablement configurée en full électrique résonnait contre les hauts mur de l'arrière-cour.
Aki se surpris à sourire, là immobile devant ce type qui balançait tout ce qu'un homme pouvait avoir dans sa chanson, au milieu des cartons et des vieux magazines, entre quatre murs lézardés recouverts de mousse.
Bientôt, se fut sa tête qu'il surpris à se balancer au rythme de la guitare effrénée.
Au-dessus d'eux, des fenêtres s'ouvrirent et des têtes apparurent.
Le temps semblait s'être arrêté.

Quand la guitare s'arrêta enfin après un mini-solo aux airs interminables, de nombreux applaudissements retentirent.
Toutes les fenêtres au-dessus d'eux étaient maintenant ouvertes.
Le souffle d'Aki s'était emballé, il était penché en avant, s'appuyant sur ses genoux comme s'il avait couru. L'homme le toisa d'un regard sérieux, puis mis passa sa guitare derrière son épaule et attrapa l'anse de la chaine portative avant de se diriger vers le couloir encombré qui filait à travers le bâtiment.
Essoufflé, Aki tenta de le retenir, mais aucun mot ne sortit.



Cela faisait maintenant un mois qu'Aki avait pris l'habitude de venir écouter l'homme, Basara, chanter devant la plus haute colline de la colonie chaque matin, après l'avoir retrouvé une semaine après leur rencontre, au pied de ladite colline.

à suivre... Un an après leur rencontre, Basara disparaitra soudain. C'est à ce moment qu'Aki découvrira que ledit Basara est censé être mort subitement, aspiré par le vide, plusieurs années auparavant. Basara est une légende dont seuls se souviennent les quelques tuteurs élèves à l'époque n'ayant toujours pas quittés la colonie. La rumeur dit que c'est lui qui est plus ou moins directement à l'origine de tous les clubs de musiques actuels, tirant la colonie d'un silence de plusieurs années, à l'issu d'une période de troubles. Un homme dont on ne sait rien, qui n'était inscrit dans aucun établissement à l'époque, et dont AKi suit la trace depuis lors, menant l'enquête sur cette légende urbaine. C'est au cours de ses investigations qu'il a été amené, parmi d'autres rencontres, à rencontrer à nouveau le milieu de l'Air Treck, encore une fois sans s'y mettre, via la Jet Set Radio.
(#fin d'épisode de pute)

Relations :

Kazuma Mikura

    Rencontré alors qu'il suivait les traces de Basara, juste après qu'il ait disparu, Kazu devint un ami d'Aki. En première année d'université, ayant sauté une classe, c'est un passionné d'Air Treck, domaine qui évoque des souvenirs à Akihiko, mais dans lequel le lycéen est tout sauf doué, ce qui l'a fait se cantonner à écouter la Jet set radio et traîner avec la bande à pieds. Bien qu'Aki ne fasse pas officiellement parti du club, c'est un habitué.


Inventaire :

-

journal de transactions:
 


___________________________________________________


H-RP :
Nom :
Age :
Sexe :
Activité :
Ce que vous pensez du forum, positif et négatif :
Comment vous avez découvert le forum :




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Akihiko Nekki McDowell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps est passé tellement vite, il fait déjà nuit ! [PV : Akihiko]
» Evangeline AK McDowell
» Christopher McDowell
» Excuse PV: Jessie McDowell
» Akihiko, te voilà déjà grand.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Campus Koidama :: En rapport avec le rp :: Présentations et relations :: Validées-
Sauter vers: